Présentation du projet Anthologie des Usages

La thématique des usages et des usagers a plusieurs caractéristiques qui attirent l’attention des chercheurs en sciences sociales depuis la fin des années 1980 et tout particulièrement celle des collègues en Sciences de l’Information et de la Communication, dont elle pourrait, à la réflexion, être une des caractéristiques, nous y reviendrons peut-être.
En fait, ce sont surtout les tensions qu’elle met en évidence qui caractérise cette thématique car elles nous permettent d’étudier des aspects particuliers de la vie quotidienne dans la confrontation qu’elle révèle des logiques sociales et de la place des technologies de l’information et de la communication dans ce quotidien forcément social.
Je témoigne sinon de quelque légitimité du moins d’un intérêt certain et persistant à considérer les usages dans le temps, dans le mien en tout cas car je travaille cette thématique depuis 1983, dans une période qui a vu scientifiquement l’analyse des usages se forger, se propager puis être délaissée avant que les termes qui en sont emblématiques (usages, usagers, innovation, autonomie, compétences, appropriation) ne resurgissent avec une force incomparable dans les discours promoteurs ou d’escortes liés à la société de la connaissance, à l’économie soit disant numérique ou aux industries créatives, sans oublier les données ouverte ou le design par exemple.
Ainsi donc, je recense sur la période 1980-2010 trois tensions majeures qui prendront ici la forme interrogative : l’usager est-il actif, comment et depuis quand ? L’usager est-il producteur, et si oui comment crée-t-il de la valeur ? Comment être usager dans un contexte socio-économique qui ne reconnaît plus les monopoles ou le service public dans la plupart des activités sociales ouvertes non seulement à la concurrence mais aussi à des modèles économiques différents (gratuité, bi-faces, communautaire, alternatif…) ?
Deux idéaux ont donc guidé ce travail : 1/ exposer la genèse et l’évolution des notions qui structurent l’analyse des usages 2/ afin qu’ils soient étudiés aujourd’hui à la lumière d’hier, épaisseur temporelle sans laquelle la science perd de sa richesse et de sa force.